Green Europe

Objet de tous les fantasmes, les Smart Cities, les villes du futur à la fois intelligentes et hyperconnectées, prennent de plus en plus d’importance. Que ce soit au cœur des mégalopoles ou dans les communes rurales, le numérique se met au service de l’environnement, de l’économie et des habitants. Petit tour d’horizon des initiatives qui favorisent la transition énergétique.

La révolution urbaine en marche

Petit rappel pour commencer : le concept des Smart Cities est né au début des années 2000. Confronté à l’avènement du numérique et à l’émergence des objets connectés, les sociétés se sont interrogées sur leur intégration dans notre quotidien. Une Smart City, c’est un anglicisme qui peut être défini comme l’utilisation des nouvelles technologies (les NTIC) par une ville pour améliorer la gestion de ses ressources naturelles, de son économie et la qualité de vie de ses habitants. En 2050, 75% de la population mondiale vivra en ville ou dans une zone urbaine. Les mégalopoles doivent donc s’organiser pour gérer leur territoire de manière efficiente, notamment en matière énergétique.

Demain, vivrons-nous dans un monde 100% numérisé ? La réponse est sûrement affirmative mais l’objectif de la majorité des grandes villes, à commencer par Paris, est de proposer des services connectés poussant au collaboratif. Pour y parvenir, les Smart Cities installe des capteurs dans ses espaces publics (des abribus aux parkings en passant par les parcs et jardins) afin de récolter des données numériques qui seront analysées afin d’optimiser les services. Un exemple à Paris ? Le développement du dispositif « Dans ma rue » qui permet aux habitants de signaler les petits problèmes rencontrés au quotidien dans les rues de la Capitale. En quelques clics, les agents de la Ville peuvent ainsi intervenir.

La transition énergétique, un défi pour tous

À travers les Smart Cities, l’enjeu majeur est de créer de nouveaux modèles durables afin de répondre à l’urbanisation croissante. La réussite de demain passe nécessairement par une réelle transition énergétique et écologique. Et cela ne concerne pas que les grandes villes, cela englobe également les Smart Villages, les petites et moyennes collectivités qui se sont emparées des mêmes enjeux. En France, c’est déjà le cas en Bretagne à Saint-Sulpice-la-Forêt. Depuis quelques années, toutes les structures de ce village situé au nord de Rennes (mairie, école, bâtiments communaux…) se sont parées de capteurs reliés en réseau afin de suivre leur consommation énergétique. Résultat : la facture globale du village a baissé de 20% en trois ans ! Idem à Chartres (Eure-et-Loir) où le déploiement d’un réseau d’éclairage public intelligent englobant 66 communes urbaines et périurbaines est en phase de réflexion et d’expérimentation.

Au coeur de la mondialisation

La ville intelligence est plurielle et il suffit de parcourir les quatre coins du globe pour constater la multiplicité des modèles. Du côté européen, à Vilnius (Lituanie) par exemple, l’accent a été mis sur la numérisation de la population alors que des villes comme Gênes (Italie) ou Santander (Espagne) ont mis des outils en place afin de faire participer leurs habitants aux grandes décisions du quotidien.

Idem en Asie, en Afrique ou même aux Etats-Unis : la mobilité durable, le développement urbain et l’efficacité énergétique sont au cœur des grands projets des Smart Cities. À Detroit, le projet « Detroit Future City » a permis de restructurer cette ville en faillite il y a 20 ans en favorisant les initiatives citoyennes et les expérimentations (comme les fermes urbaines en plein centre-ville). De son côté, Jaipur (Inde) a misé sur la construction de bâtiments verts, économes en énergie, qui récoltent l’eau de pluie alors qu’à Konza (Kenya), on entrevoit enfin le projet initié en 2008 et baptisé « Silicon Savannah », un site de 2 000 hectares entièrement contrôlés par les NTIC.

Moscou, un oeil français

En attendant de voir émerger les villes entièrement connectées ou encore 100% autonomes en énergie (ce sera, par exemple, le cas en France d’ici 2025 dans la commune du Mené, dans les Côtes d’Armor), de belles collaborations entre des grandes entreprises françaises et des Smart Cities se mettent en place. C’est le cas à Moscou où EDF a remporté fin mai 2018 un contrat pour le développement d’un quartier durable. Son nom : Rublyovo Arkhangelskoye. Le groupe français va se charger de la planification énergétique et urbaine de cette zone qui s’étend sur plus de 460 hectares et qui devrait accueillir près de 65 000 habitants. Les objectifs d’EDF : optimiser la consommation et la production locale d’énergies, favoriser la mobilité électrique et déployer de nouvelles technologies et services pour le confort de vie des futurs habitants. « Je me félicite de ce succès d’EDF sur un projet qui illustre nos ambitions dans les services énergétiques et la ville intelligente et durable. Ce projet conforte la présence d’EDF en Russie, un pays à fort potentiel dans lequel le groupe est déjà actif au travers de ses nombreux métiers. », a déclaré Jean Bernard Lévy, Président Directeur Général du groupe EDF. Avec les Smart Cities, la France a son mot à dire en matière d’innovation !

Author :
Print

Leave a Reply