Green Europe

Le 26 mars dernier s’est tenue la seconde conférence sur l’électromobilité dans la ville de Berlin. Les deux autorités en charge, l’agence s’occupant du programme et le Sénat de Berlin, ont ainsi révélé leur plan d’action. Locations de voitures et vélos électriques, production d’énergies renouvelables décentralisées, développement des smart grids… Alors que de nombreuses stratégies sont déjà mises en place depuis plusieurs mois, voire années, les projets de la ville sont aujourd’hui encore ambitieux.

Alors que Paris vient à peine de réussir à sortir du niveau d’alerte maximum en termes de pollution aux particules fines, une ville comme Berlin surprend par son engagement et montre sans nul doute l’exemple que la capitale française devrait suivre depuis déjà de longues années. Preuve qu’il est possible aujourd’hui de réduire les émissions dans une grande ville sans en faire pâtir les habitants, la ville s’est dotée, ces dernières années, de pas moins de 5 plans d’action : le Plan cadre Berlin Ville d’industries 2010-2020, le Plan de développement urbain Transport, le Plan d’action ProIndustrie, la Stratégie énergétique 2030 et la Stratégie commune d’innovation Verlin-Brandebourg. Une totalité de cinq plans réunis plus globalement sous l’appellation « Plan d’action 2020 ».

L’enjeu est de taille pour la ville : être reconnue dans le monde entier comme un modèle de l’électromobilité en instaurant une économie forte afin de créer une nouvelle chaîne de valeur. Les transports sont bien évidemment au centre de ce plan d’action, sous toutes leurs formes. La ville développe aujourd’hui un réseau de voitures et de vélos électriques pour les déplacements individuels, mais réfléchis également à développer d’autres modèles de transports personnels comme l’auto-partage. Pour les transports de fret, extrêmement polluants, deux axes sont envisagés. Il serait d’abord possible de remplacer les propulsions habituelles par des propulsions électriques. L’électrification du dernier kilomètre des livraisons ou encore la micro-mobilité électrique pour les livraisons de courte distance, d’autres solutions innovantes existent.

Vous l’aurez compris, Berlin mise sur l’énergie électrique pour réduire au maximum ses émissions. Celle-ci n’est cependant pas infinie et pour mener à bien ces projets, la ville doit également réfléchir à une meilleure gestion de son réseau ainsi qu’à l’intégration de plus d’énergies renouvelables dans celui-ci. Pour cela, personne n’a douté un seul instant : les smart grids constituent la piste la plus intéressante. Capables d’intégrer à un réseau électrique conventionnel de l’électricité provenant de sources d’énergie renouvelable, les réseaux électriques intelligents peuvent également aider la ville à adapter l’offre en électricité à la demande et ainsi éviter les pics de consommation ou les gaspillages.

Les infrastructures de rechargement seront également prochainement repensées. Outre les smart grids, la ville pourrait également faire le choix de décentraliser sa production d’énergies renouvelables à Brandebourg. L’augmentation du nombre de vélos et de voitures électriques en location s’accompagnera du développement de nouveaux types de batteries basés sur l’hydrogène et l’induction. Enfin, la dernière étape de la transformation de Berlin en une capitale mondiale de l’électromobilité passera par une large stratégie de communication. Évènements, salons, et coopérations internationales seront les pendants de cette révolution énergétique berlinoise. Paris n’a plus qu’à en prendre de la graine.

Author :
Print

Leave a Reply