La France et l’Europe parmi les bons élèves de la transition énergétique

Posted by Hélène14 on 18/12/13

En l’espace d’une semaine, l’Institut Fraunhofer de Fribourg et le Forum économique mondial ont publié deux études sur l’avancement de la transition énergétique dans le monde et le futur de l’énergie. Au sein des deux classements, la France, la Suède ou encore l’Allemagne, figurent parmi les pays les mieux notés. Les engagements pris en matière de gestion des déchets, d’énergies renouvelables et de nucléaire ont pesé dans la distribution des bons points.

 

Le premier classement, publié le 5 décembre par l’Institut Fraunhofer pour les systèmes énergétiques solaires de Fribourg-en-Brisgau, rend compte de l’avancement de la transition énergétique pour un panel de pays limité. L’indice mesure à la fois la mise en place des formes renouvelables de production d’électricité et l’utilisation efficace de l’énergie.

Au sommet de ce classement se trouve la Suède, pays à qui l’indice 40 a été accordé. Suivent le Brésil, avec 39, et l’Italie avec 34. Le Royaume-Uni et l’Allemagne ont tous deux reçu l’indice 30, tandis que la France atteint la 7e place, avec 27. Outre le Brésil et le Japon, bien notés par l’Institut Fraunhofer, l’Europe apparaît comme la région du monde la plus en avance dans la mise en place de la transition énergétique. Notée dans son ensemble, l’Union européenne (à l’exclusion de la Croatie) atteint l’indice 25.

« Jusqu’à présent, il n’existait pas d’approche méthodique avec laquelle on pouvait décrire quantitativement les progrès de chaque pays ou région sur la voie de la transition énergétique », explique Eicke Weber, directeur de l’Institut Fraunhofer. « Cet index permettra pour la première fois de décrire la situation d’un pays à cet égard par un chiffre. Il montre que par rapport à d’autres pays, la transition énergétique allemande n’est pas aussi avancée que ce qui est généralement supposé ».

A l’avenir, un pays comme l’Allemagne est appelé à occuper une place encore plus élevée dans ce classement. En effet, le pays pâtit aujourd’hui de sa consommation de charbon, fortement polluante, mais qui devrait diminuer dans les années à venir grâce aux investissements engagés en matière d’énergies renouvelables.

La France également dispose d’atouts significatifs pour mener à bien la transition énergétique. C’est en tout cas ce qu’estime le Forum économique mondial, qui classe la France au troisième rang mondial et au premier rang européen (UE 28) en la matière. Seules la Norvège et la Nouvelle-Zélande, en raison de leurs investissements colossaux dans les énergies renouvelables, ont fait mieux que la France. Pays « à l’avant-garde » pour la durabilité énergétique, le rapport explique que « la politique énergétique française s’est concentrée sur l’équilibre entre énergie durable et abordable ». En outre, la France se distingue par sa gestion des déchets et composants nucléaires, ainsi que par l’engagement du Gouvernement de réduire la part du nucléaire de 50% à l’horizon 2025.

A l’avenir, indiquent l’Institut Fraunhofer et le Forum économique mondial, ce sont naturellement les efforts fournis pour développer les énergies renouvelables qui seront déterminants pour évaluer l’avancement de la transition énergétique. Cela explique la 6e place du Danemark dans le classement du Forum économique mondial, pays appelé à occuper un rang encore plus élevé à l’avenir. Copenhague a en effet pris l’engagement de ne plus recourir aux énergies fossiles d’ici 2050. A cet égard, le Danemark s’appuiera sur les réseaux intelligents, moyen incontournable pour pouvoir intégrer toutes les énergies vertes dans le mix énergétique d’un pays et pour remédier à leur intermittence. La France également, avec la généralisation des compteurs intelligents Linky, pour l’électricité, et Gazpar pour le gaz, a pris pareilles dispositions.

 

Leave a Reply »»

*
To prove you're a person (not a spam script), type the security word shown in the picture.
Anti-Spam Image

Advertisement